CP- Acheter en ligne partout en Europe !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Aujourd’hui le parlement européen a voté en faveur du Règlement interdisant le géoblocage injustifié. Les acheteurs en ligne bénéficieront d’un accès transfrontalier plus large aux produits, aux réservations d’hôtel, aux locations de voitures ou aux billets de concert.

Le géoblocage ou blocage géographique fait référence à un procédé commercial discriminatoire pratiqué par certains vendeurs en ligne qui consiste à traiter inégalement les consommateurs européens en fonction de leur nationalité ou de leur lieu de résidence. Concrètement, il se traduit par une redirection automatique ou un blocage de certains sites commerçants.

Beaucoup d’eurodéputés ont salué ce pas en avant vers un marché numérique plus harmonisé. Parmi eux, Virginie Rozière, chargée du dossier pour le groupe S&D, revient sur les enjeux du texte :

« Trop souvent, les acheteurs en ligne faisaient face à des refus de vente ou à des conditions d’achat différentes lorsqu’ils souhaitaient acquérir des biens ou des services dans un autre État membre. Ces pratiques, bien que contraires au principe de non-discrimination essentiel au fonctionnement du marché intérieur, n’étaient que rarement sanctionnées »

Alors que les modes de consommation changent et qu’un nombre croissant d’achats s’effectuent en ligne, ce texte était aussi l’opportunité pour le Parlement de se prononcer sur les pratiques du commerce numérique. Les débats portaient sur l’équilibre des relations entre commerçants et acheteurs et Virginie Rozière se félicite que ce vote ait fait pencher la balance en faveur d’un marché numérique soucieux de la protection des consommateurs :

« Malgré les tentatives des conservateurs, toujours prompts à vouloir faire d’Internet une zone de non droit, les consommateurs continueront de bénéficier d’un niveau équivalent de protection de leurs droits qu’ils achètent en ligne ou hors ligne. Car si Internet bouleverse nos modes de consommation et nos habitudes, il ne doit pas être un moyen de revenir sur des règles qui nous protègent. »

Elle assure que les eurodéputés socialistes et radicaux continueront de travailler en ce sens afin d’actualiser les règles du monde analogique au monde numérique. Toutefois, l’existence même de telles discriminations devrait-nous interroger sur les modalités d’intégration du marché intérieur et la protection que l’on accorde aux consommateurs européens.

« Le travail sur ce texte nous a démontré qu’au-delà de la simple logique consistant à interdire les discriminations il faut se poser la question d’un approfondissement de l’harmonisation de nos législations afin de clarifier et sécuriser les situations. J’espère que la Commission aura à cœur d’avancer en ce sens à l’avenir. »

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone