Explication de vote – Réforme du système de ressources propres de l’Union européenne

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Le départ du Royaume-Uni oblige l’Union européenne à réfléchir sur ses moyens de financement. Pour le moment, l’Union est fiancée à près de 70% par des contributions des États membres. Par ailleurs, l’Union prend en charge un nombre croissant de politiques et a donc besoin de ressources pour les financer. J’ai voté en faveur de ce rapport qui réclame une hausse des ressources propres de l’Union grâce éventuellement à une taxe sur les multinationales, les transactions financières ou d’une fiscalité verte.

Il est nécessaire que le nouveau cadre financier prenne en compte cette réflexion sur les ressources propres de l’Union européenne. L’objectif est de réduire les contributions des États membres à un maximum de 40% du budget total de l’Union sans pour autant amputer celui-ci. Ce processus de long terme doit permettre à l’Union d’avoir les ressources suffisantes pour faire face aux enjeux globaux comme les changements climatiques tout en étant moins dépendante des contributions nationales.

Le Parlement a rappelé que s’il soutient une augmentation du budget de l’Union européenne, cette augmentation ne doit pas se traduire par une hausse de la pression fiscale qui pèse sur les citoyens, mais par l’instauration de mécanismes de contributions directes à l’Union.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone