RETOUR

Virginie Rozière

Je suis chargée de la rédaction du rapport sur l’extension des indications géographiques aux produits non agricoles au sein de l’Union européenne

Après des mois d’attente – et de négociation – j’ai finalement obtenu la rédaction d’un rapport sur l’extension de la protection des indications géographiques aux produits non agricoles. Valoriser les savoir-faire ancestraux tout en les inscrivant dans la modernité ; promouvoir les productions locales tout en assurant leur reconnaissance internationale ; relocaliser des emplois, garantir qualité et transparence aux consommateurs … les enjeux de ce dossier me tiennent particulièrement à cœur.

Couteaux de Laguiole dans le Sud-ouest, tapisserie d’Aubusson en France, cristal de Bohême, tartans écossais, ou encore marbre de Carrare en Europe, ne sont pour l’instant protégés que dans la moitié des pays de l’Union européenne, par des instruments jurdiques nationaux inégaux, car il n’existe à l’heure actuelle pas de réglementation européenne harmonisée pour ces produits industriels et artisanaux. Les producteurs qui souhaitent protéger une indication géographique non agricole dans l’UE doivent ainsi en faire la demande dans chaque Etat lorsque c’est possible … ou renoncer à une telle protection.

L’extension à ces produits de la protection des indications géographiques à l’échelle de l’Union pourra permettre de préserver et valoriser le patrimoine européen, à la fois unique et varié, tout en apportant une contribution significative à l’emploi et la croissance en Europe.

Consultez mon document de travail

Visualisez la présentation du document de travail en commission JURI (17:25:20 – A lire exclusivement sur Internet Explorer)