La justice européenne rétablit Laguiole dans son droit !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Le mercredi 05 avril, la Cour de justice de l’Union européenne a restitué la propriété de la marque « Laguiole » à ses acteurs historiques, mettant ainsi fin à un non-sens commercial et à huit ans de combat judiciaire qui ont pénalisé la production traditionnelle des célèbres couteaux.

En 1993, un entrepreneur du Val-de-Marne avait déposé la marque «Laguiole ». Contre redevance, Gilbert Szajner accordait des licences à qui permettaient la commercialisation d’autres produits, sous le nom « Laguiole ». De cette façon, il empêchait aussi les entreprises de l’Aveyron de donner à leurs productions le nom de leur village.

Jusqu’à maintenant, des produits d’autres origines, souvent étrangères, pouvaient légalement «usurper» le nom de « Laguiole ». Cette situation était d’autant plus paradoxale que les couteliers historiques de l’Aveyron se trouvaient privés de l’usage du nom pour le reste de leur production locale.

Aujourd’hui la justice européenne a reconnu l’antériorité des sociétés aveyronnaises qui avaient relancé la fabrication du fameux couteau en 1987, bien avant le dépôt de la marque par Gilbert Szajner. Elle a également entériné une première décision rendue en 2014, leur permettant d’apposer le nom « Laguiole » sur toute une série de produits locaux (fourchettes, cuillères ou autres tire-bouchon).

« Cet arrêt européen est emblématique pour les défenseurs des savoir-faire locaux et donne de l’espoir pour la procédure judiciaire toujours en cours en France. » a commenté Virginie Rozière, députée européenne engagée pour la reconnaissance d’une indication géographique européenne pour les produits non-agricoles.

« Cette première victoire ne doit cependant pas nous faire oublier qu’à l’instar de beaucoup d’autres références locales, aucune appellation d’origine suffisamment précise ne protège les couteaux Laguiole fabriqués de fait dans le village. Il est important que l’Union européenne avance rapidement sur le sujet afin de mettre en place une indication géographique pour les produits non agricoles, qui permettra de valoriser les productions industrielles et artisanales en même temps de qu’il renforcera la confiance des consommateurs. »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone